DSCN1861

Mes parents viennent de fêter leurs 50 ans de mariage. C'est beau,non ? Fait du hasard, Dom et moi sommes exactement à mi-chemin. Personnellement, ça me fait rêver. Quand je regarde tous les couples qui nous entourent, je ne peux pas m'empêcher de me demander combien seront encore ensembles dans 30 ou 40 ans. C'est long un demi siècle ! Déjà 5, non 6 couples séparés... et j'en oublie certainement. Le contexte est différent, c'est certain. Et mes parents ne seraient peut-être plus ensembles s'ils avaient vécu en 2000. Cependant, à notre époque encore, il est possible de faire sa vie avec une seule personne. Enfin, je l'espère... Je ne connais pas le secret, hélas, je ne pourrai donc pas vous le donner ; de même que je ne sais pas ce que nous seront tous dans 10 ans. Et si mes parents avaient fait ce qu'il faut pour réussir, il ne sauraient probablement pas l'analyser, encore moins vous l'exposer.

Cependant, j'ai une piste : Quand je les regarde aujourd'hui, main dans la main, il apparaît au moins une évidence. Ce que j'ai considéré comme un impardonnable défaut pendant toute mon adolescence, pourrait bien à la longue  se révéler comme une incomparable qualité. En particulier chez mon père à qui justement je ne trouvais guère de bons côtés quand j'avais 15 ans.  Et plus précisément, moi l'ado, je ne me lassais pas de dire que mon père était resté... un gamin. Soit, admettons que j'ai eu raison, et qu'effectivement il ait gardé ce côté "enfant gâté" qui m'exaspérait. Mais à 70 ans, n'est-ce pas un spectacle merveilleux de voir ce vieil homme embrasser sa femme avec visiblement autant d'amour que quand ils avaient 20 ans. Et me voila, une nouvelle fois, à réviser mes principes. Garder un esprit d'enfant ne sera jamais un défaut, n'en déplaise aux bien-pensants. Et je me prends presque à rêver de ressembler au moins en cela à mon père. A mon père qui, ôserais-je le dire, finira sans doute par mériter tout mon respect. Qui l'eut cru ?

Windows Live Spaces

C'est un couple que l'on regarde avec un sourire affectueux, comme on le fait quand on croise deux enfants qui s'embrassent, avec une pointe d'envie... Pourvu qu'on y arrive !